2 octobre 2016. La chaîne enneigée du Caucase s’étire sous l’azur. Sous le soleil éclatant, la teinte des montagnes au dessous des neiges éternelles oscille entre le gris et le violet. C’est à l’un de ces pics que, selon la légende, Prométhée fut enchaîné, pour y purger sa peine, pour avoir offert à l’homme la connaissance du feu.

Au sud, une vaste vaste plaine poussiéreuse et racle semble s étendre jusqu’à l’infini. Nous venons de franchir la frontière qui sépare la Russie de la Géorgie.

Nous entrons donc dans ce pays qui sonne comme un mystère à nos oreilles. D’elle, on dit qu’elle est le pays de la Toison d’or. Elle nous évoque surtout de vieilles forteresses médiévales juchées sur des hauteurs intemporelles, la frontière Nord du royaume de Dino Buzzati bordant le fameux désert des Tartares.

À vrai dire, c’est ce mystère, associé à notre désir né en Russie de mieux connaître les pays de l’ex Union soviétique, qui nous a décidés à venir en Géorgie.

En traversant le Caucase, frontière et pont entre les civilisations, nous entrons à nouveau en Asie, et nous nous apprêtons à questionner les limites de l’Europe. Nous ne savons pas encore que nous allons peut-être remettre en cause ses fondements….

Publicités