A une heure de la grande métropole chinoise de Chengdu, M. Chen développe depuis 3 ans une ferme fonctionnant sur le système dit des « aquaponics ». Une méthode qui prouve que les poissons peuvent avoir la main… ou plutôt, la nageoire verte.

Capitaine de l’armée de l’air chinoise pendant 20 ans, M. Chen a décidé d’opérer un changement de cap radical pour réaliser son rêve : créer sa ferme bio. Son objectif étant d’éviter pollution et gaspillage, il s’est tourné vers des méthodes circulaires et a découvert les aquaponics.

Littéralement, les aquaponics correspondent au mariage entre l’aquaculture et les hydroponics, la première étant de l’élevage de poissons, et les seconds, une méthode pour faire pousser des plantes sans terre, seulement avec de l’eau et des nutriments.

Le concept se résume en un cycle : l’eau contenant les éléments rejetés par les poissons sert à irriguer et à nourrir les plantes ; celles-ci filtrent l’eau, qui retourne ensuite aux poissons. Il s’agit donc d’élever des poissons et de faire pousser des plantes dans un système intégré.

En dehors de cette activité, M. Chen accueille des particuliers et des groupes pour un ou plusieurs jours au cœur de sa ferme afin de les sensibiliser aux enjeux du bio.

Plus d’explications en vidéo
M. Chen, fondateur et propriétaire de Fan Pu

Publicités